Fiche signalètique de la Wilaya de BECHAR ( 21 Communes )
Trouver une entreprise dans BECHAR  
Code Wilaya
08
Code Postal
08000

Adresse

Tél 049.81.86.80 ( Indicatif Tél : 049 )
Fax
Origine du Nom Epoque coloniale, Colomb (nom d'un officier-explorateur) Bechar
Situation et accès Altitude 784 m. 270 km au Sud-Ouest Ain Sefra. 250 km au Nord de Beni Abbés. A 965 Kms au Sud-0uest d'Alger
Population (Hab) 230482
Superficie (Km²) 162200
Densite (H / Km²) 1.42
BECHAR

Présentation

La wilaya de Bechar, qui était, il y a 5000 ans une région de forêts et de savanes, avec un climat humide, comme l'attestent les nombreux sites d'art rupestre qui la parsèment, a joué un rôle économique et culturel important au moyen âge en raison de sa situation géographique qui en faisait une zone d'échanges permanents entre les civilisations Méditerranéennes et Africaines. Pendant l'occupation Française, "La Saoura " a été le théâtre de nombreux soulèvements dont ceux dirigés par le "Cheikh Bouamama "et par les "Ouled Sidi-Cheikh ". La région, un moment pacifiée, s'embrasera de nouveau avec la guerre de libération où les djebels alentours, Grouz, Merounet ou Bechar ont servi de théâtre à de nombreux combats. La wilaya de Bechar c'est aussi un riche patrimoine minier avec la présence importante de charbon à "Kenadsa" ", du cuivre, du kaolin et du manganèse dont l'exploitation ouvrira certainement à la wilaya des perspectives de développement très intéressantes. Enfin, Bechar, c'est le long de la vallée de l'oued Saoura, l'ancienne route des caravanes appelée "la rue des palmiers" en raison des magnifiques oasis qui jalonnent son parcours Taghit, Beni-Abbas, Timimoun, dans le Touat avec leurs "Ksour", leurs constructions ocres, leur micro-climat, leurs sites néolithiques constituent des étapes incontournables pour tout visiteur de cette région unique. Aujourd'hui, la wilaya apparaît comme une immense terre de transition aride, entre les plateaux steppiques qui la bordent au nord et la "Hamada" rocailleuse du sud. Mais, sous cette omniprésente apparence de désolation, la vie n'a pas déserté la région, elle est toujours là. Le barrage de Djorf Torba, en captant les nombreux oueds aux cours fantasques de la région d'Abadla pour irriguer 5400 ha de terres jusque là incultes, en est certainement le meilleur exemple. En savoir plus.